Le chef de l’Etat préside la cérémonie de célébration de la Journée internationale de lutte contre la corruption

Le chef de l’Etat, M. Ismail Omar Guelleh, a préside ce mercredi au Palais du peuple la cérémonie de célébration de la Journée internationale de lutte contre la corruption.

Cette cérémonie organisée par le ministère de la Justice et des Affaires pénitentiaires, chargé des Droits de l’Homme a vu la participation de la première dame, Mme Kadra Mahamoud Haid, du Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, et du président de l’Assemblée nationale, M. Mohamed Ali Houmed.

Etaient également présents les membres du gouvernement ainsi que des parlementaires et des représentants des organisations internationales et du corps diplomatique accrédité dans notre pays.

La commémoration de la Journée internationale contre la corruption à Djibouti a coïncidé avec l’avènement de la commission nationale indépendante pour la prévention et la lutte contre la corruption.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre de la Justice et des Affaires pénitentiaires, chargé des Droits de l’Homme, M. Ali Farah Assoweh, a énuméré les dispositions prises pour mieux juguler ce fléau qui, a-t-il dit, entrave notre marche vers un développement durable.

M. Ali Farah Assoweh a cité entre autres la création en septembre 2000 de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême (aujourd’hui appelée Cour des Comptes) et la mise en place en novembre 2001 de l’Inspection Générale de l’Etat.

Le lancement aujourd’hui de la commission nationale indépendante pour la prévention et la lutte contre la corruption “est une nouvelle réponse à la sensibilité toujours croissante de nos concitoyens”, a indiqué le ministre de la Justice, ajoutant que “la Loi de juillet 2013 qui la « crée » incorpore dans ses dispositions des sanctions pénales plus lourdes en cas de corruption avérée dont la confiscation des produits issus d’un enrichissement illicite.”

Le chef de l’Etat a rappelé pour sa part la création du guichet unique pour l’investissement qui, selon lui, “peut constituer une partie de la solution.

“La lutte contre la corruption, c’est aussi notre crédibilité, celle d’un Etat viable, sécurisé, donc attractif pour les investissements étrangers”, a-t-il déclaré, avant d’exhoter “les responsables concernés à s’activer davantage dans la mise en place du guichet unique.”

Le président Guelleh a mis l’accent sur ce qui fait la spécificité de la commission nationale indépendante pour la prévention et la lutte contre la corruption : “elle est constituée de personnalités issues d’horizons divers et dont les compétences et l’intégrité morale font l’unanimité.”

Notons enfin que la Journée internationale de lutte contre la corruption, instituée par l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies en 2003, avait pour thème cette année :”brisons la chaîne de la corruption”.

 

IOH

 

Reply